En croisade contre la malbouffe depuis quelque temps, l’Agence gabonaise de sécurité alimentaire (Agasa) s’attaque actuellement aux boulangeries-pâtisseries de la province de l’Estuaire. Les premières descentes sur le terrain révèlent plusieurs défauts liés notamment à la salubrité de ces espaces commerciaux et à l’hygiène de leur personnel.

Des employés d’une boulangerie à Owendo travaillant torse nu et ou vêtus d’un simple tricot sans manches. © Agasa

 

Après avoir procédé récemment à des fermetures provisoires et définitives de différents établissements et acteurs du secteur de l’eau conditionnée en sachet à Libreville, l’Agasa s’est une nouvelle fois lancée, cette semaine, dans une croisade contre la malbouffe. Cette fois, l’agence dirigée par Alia Maeva Bongo Ondimba a décidé de s’attaquer aux boulangeries-pâtisseries de la province de l’Estuaire. Et sur le terrain, les premiers constats sont alarmants.

Lancée en effet dans la commune d’Owendo, le processus d’inspection conduit par la direction des Contrôles et de l’Inspection sanitaire et phytosanitaire de l’Agasa a décelé plusieurs non-conformités chez nombre d’opérateurs. Celles-ci concernent notamment le «défaut de qualité du milieu caractérisé par une insalubrité notoire dans certains établissements, la présence de moisissures, d’eaux usées dans les espaces de préparations, de nuisibles tel que cafards, etc.».

Dans certaines boulangeries-pâtisseries d’Owendo, l’Agasa a également observé le «mauvais conditionnement des denrées et de préparation alimentaires» ainsi qu’un «défaut d’hygiène du personnel caractérisé par l’absence de tenue de travail, certains travailleurs étant totalement dévêtus. Une mauvaise hygiène du corps (présence d’ongles et port de bijoux)».

Face au danger que constituent ces différents manquements pour la santé des consommateurs, l’agence a procédé à des saisies dans certains établissements quand d’autres ont simplement été scellés en attendant qu’ils se conforment aux exigences de salubrité et d’hygiène.

 
 

2 Commentaires

  1. moundounga dit :

    Bjr. Vous voyez cette photo qui illustre la » malchance des pains ». comment sincèrement ne pas critiquer les autorités qui nous dirige bon sang! torse nu, pas de coiffe, pas de gants, pas de bavettes dites moi un peu ce qui est règlementaire au vu de cette illustration. Or des textes existent dans le cadre de l’exercice de ce professions. Comme qui dirais cela est entretenue par qui pourquoi? Wait and see. Amen.

  2. Ikobey dit :

    Bravo pour le travail de l’Agassa. Continuez !

Post a Comment