La cinéaste gabonaise Pauline Mvélé a obtenu le 15 février au Cameroun, au terme de la première édition de «Yaoundé Film Lab», le prix du meilleur projet porté par une femme, pour son projet en développement «Regab». Il s’agit d’une bourse de 1500 euros, soit près de 984 mille francs CFA, offerte par le Distributeur international de films et de fictions en Afrique (Diffa).

Jessica Evoung Pauline Mvele et Alain Modot. © D.R.

 

© D.R.

La première édition du laboratoire de développement et de coproduction Yaoundé Film Lab a primé, le 15 février 2020 à Yaoundé, ses huit premiers projets d’écriture parmi les 10 meilleurs retenus sur les 50 reçus dans le cadre de l’appel à projets. Sur les six femmes embarquées dans cette aventure de perfectionnement aux techniques d’écriture de scénario (storytelling), le Gabon qui comptait deux candidates – l’autre étant Matamba Kombila – a été honoré avec le prix du meilleur projet porté par une femme, décerné à la cinéaste Pauline Mvélé pour son projet «Regab».

«J’ai eu ce prix avec mon prochain film documentaire qui va porter sur l’alcoolisme au Gabon. Je suis très très heureuse, ce prix est un grand booster qui me permet de me remettre au travail et de proposer un magnifique film au Gabon et au monde entier, a déclaré Pauline Mvélé.

Elle estime que ce prix lui ouvrira d’autres horizons et permettra à sa productrice Samantha Biffot de lever d’autres fonds. «Car, c’est tellement difficile de faire des films en ce moment au Gabon et cette reconnaissance, j’en suis certaine, nous ouvrira d’autres portes», a-t-elle poursuivi.

D’une valeur de près de 984 mille francs CFA, cette bourse offerte par le Distributeur international de films et de fictions en Afrique permettra à sa bénéficiaire de mieux conduire ses repérages et préparer son prochain film. Il s’agit d’un film documentaire sur l’alcoolisme et ses méfaits dans la société gabonaise, intitulé «Regab», du nom d’une bière blonde produite au Gabon. Son nom, contraction de «Régie gabonaise des boissons», a pris dans le langage populaire une autre signification : «Regardez les Gabonais boire». Depuis l’arrivée au pouvoir d’Ali Bongo, avec son concept «Gabon émergent», on voit fleurir  d’autres déclinaisons de la Regab : «Regardez émerger le Gabon d’Ali Bongo» ou bien encore «Regardez émerger la génération Ali Bongo».

Toutes ces déclinaisons s’offrent comme autant de prétextes pour bien faire couler la Regab et voguer à travers sa belle mousse. Pauline Mvélé compte surfer sur la notoriété de cette bière emblématique pour sonder les profondeurs de l’alcoolisme dans la société gabonaise.

 
 

0 commentaire

Be the first one to leave a comment.

Post a Comment